Au pied du mur

Pièce inédite que j’ai écrite pour accompagner ma soeur, Karine, dans son travail de thèse qui portait sur le droit à réparation des victimes des crimes contre l’humanité. Nous avons beaucoup parlé du Chili d’après Pinochet, des recherches des disparus, de la vérité qui peine à émerger, des silences, de la mémoire… « Au pied du mur « est le fruit de ces échanges .

Elle a été publiée dans sa version courte dans le recueil de pièces de théâtre « Est-ce ainsi… » publié par Alna Editeur.

Un clin d’oeil aussi a l’esprit d’engagement qui a bercé notre enfance.

Maria : environ la trentaine, la fille de Manuela, Judith : environ la trentaine, photographe, Manuela : la soixantaine, mère de Maria, Juan : la cinquantaine, Ana : la quarantaine, Felipe : la cinquantaine, Deux agents de maintenance

Judith s’éloigne de Maria en visant le mur à travers son objectif.

Maria la suit.

Maria                             Du marbre.

Judith                             Vous dites ?

Maria                             Une pierre lisse et dure, faite pour durer.

Judith                             Oui.

Maria                             On pourrait dire tant de choses.

Judith vise le mur à travers son objectif.

Ca doit pas être facile de prendre des photos d’un mur, hein ?

Silence.

                                      Remarquez, il ne bouge pas le mur… pas comme les gens. Peu de risque qu’il soit flou…Silence. On doit rater plus facilement les gens que les murs, hein ? Quoique ça dépend des gens. Il y en a qui savent rester immobiles …Je n’y connais rien aux photos mais ça doit pas être facile quand même de faire tenir toute cette surface dans un si petit cadre…du recul il faut, non ?

Silence.

Maria                             Vous n’êtes pas obligée de répondre.

Judith                             Ce n’est pas facile de répondre à ça.

Maria                             …Parce que mes questions, elles sont idiotes pour vous, pas vrai ?

Judith                             C’est à la fois du recul et pas. Vous avez raison…

Silence.

Maria                             Inscrit là.

Judith                             Pardon ?

De loin Maria indique un endroit du mur.

Mon nom. Par là, dans les V, cette région-là du mur. Une suite de lettres, au milieu de milliers de suite de lettres…sans corps…plus de corps.

Silence.

La mémoire ici n’a pas bonne réputation.