Mémoire Collective

 

(…) deux mille ans…Sa jupe est plissée, corps menu, elle tient sagement la pause debout au bord des larmes. Cinq ans… Les veines de ses mains palpitent jusqu’aux doigts bagués qui pressent la joue d’un jeune homme. Il a rentré les épaules et accroche son regard inquiet aux yeux rieurs et ridés. Sont debout, au seuil d’une porte entrouverte, on devine un coin de table, une assiette creuse…quarante-cinq ans… mini-jupe et ongles faits, sourire écarlate et jambes infinies, un bus la transporte d’arrêt en arrêt puis retour…six cents ans… Elles jouent sur un petit monticule crayeux. L’une, accroupie, plonge ses mains dans la sable, l’autre assise à côté, lève des yeux tristes vers la présence invisible qui lui bouche l’horizon…des jours et des jours… crâne rasé, les yeux fous et aveugles au sourire de l’homme qui brandit haut sa chevelure épaisse cisaillée… soixante sept ans… cheveux courts, colorés rouge et vert, une crête qui se presse contre les seins de celle qui se colle dans son dos…dix minutes… plus de nez, deux trous immondes et l’effroi noir du regard, une seconde… une petite fille qui court après un chaton roux, elle est blonde et a du rouge au genoux et le doigt dans son nez … cinquante ans…une très belle femme en contre-plongée, les cheveux volent au vent et sa jupe virevolte et son chapeau s’échappe de sa main en suspens … une heure… (…)

15 avril 2012, commande pour l’exposition INTERVALLES à Tracy le Mont